Imprimer la page

Une Maison Sport-Santé à Dunkerque

Après une année d’expérimentation du dispositif "Sport santé sur ordonnance", la ville de Dunkerque vient d’obtenir le label "Maison Sport-santé", délivré par le ministère des Sports et le ministère des Solidarités et de la Santé. La Direction des Sports est donc une des 138 premières Maisons Sport-Santé sur le territoire français.

Découvrez-le ci-dessous !

La Ville teste le dispositif "Sport santé sur ordonnance"

Depuis le 1er janvier 2019, la Ville expérimente le dispositif Sport Santé sur ordonnance.

Objectif : favoriser la pratique d'activités sportives régulières pour les Dunkerquois souffrant d'une affection de longue durée.

Quel principe ?

La municipalité est partie d'un constat simple : le sport, c'est bon pour la santé. Mais lorsqu'on est malade, il est parfois difficile de se lancer !

Pour Éric Weets, éducateur sportif à la Ville, "aucun médecin ne discute aujourd'hui de l'intérêt d'une activité sportive pour la santé sur le plan préventif mais aussi curatif. Pratiquer un sport en général permet de poser un autre regard sur son corps et donc sur la maladie."

L'idée est donc d'inciter les patients à se remettre au sport via un programme adapté réalisé par les éducateurs sportifs de la Ville. Bénéficiant d'une formation spécifique, ces derniers adapteront ainsi leurs activités en fonction des ennuis de santé du patient, et ce en toute concertation avec le corps médical. Les éducateurs seront en relais permanent avec les médecins pour mener à bien cette nouvelle collaboration.

Quet public est concerné ?

Les Dunkerquois ciblés par ce dispositif souffrent d'une affection de longue durée. Cela concerne notamment les habitants souffrant de maladies cardiovasculaires, de pathologies respiratoires, de diabète et de cancers.

Quelles démarches pour les patients ?

Après avoir obtenu une ordonnance de leur médecin, les patients pourront prendre contact avec la direction des Sports de la Ville par téléphone ou par mail pour fixer un rendez-vous. Deux éducatrices référentes Sport Santé sur ordonnance échangeront avec le patient sur ses habitudes de vie notamment pour mesurer son niveau de sédentarité et sa motivation. Un test de marche sera également effectué pour que le patient puisse être orienté vers les activités adaptées : marche, natation, gymnastique, sophrologie...

Un bilan sera réalisé à 1 mois puis à 3 mois avec l'éducateur sportif pour une réorientation du patient si nécessaire. Une sortie du dispositif pourra être prévue à 6 mois dans la phase d'expérimentation puis à 1 an pour une orientation vers le programme Sport Pass Adulte, les associations sportives à vocation santé ou les associations et structures privées pour des activités physiques adaptées.

Direction des Sports, tél. 03 28 59 00 00

Mail : sportsurordonnance@remove-this.ville-dunkerque(dot)fr

Interview : Christophe Aron, pneumologue à l'hôpital maritime de Zuydcoote.
Pourquoi favoriser l'accès gratuit aux activités sportives pour les malades ?

La prescription d'une ordonnance d'activité physique par son médecin va aider le patient à "passer à l'acte" car il y verra un médicament pour sa santé alors que jusqu'à aujourd'hui, il savait probablement que le sport "c'est bon pour la santé" mais ne se décidait pas à se soigner par le sport. L’appui des soignants pour ce changement de comportement est un enjeu important pour un nouveau mode de vie. L’activité physique encadrée adaptée est le seul traitement qui, à ce jour, diminue la mortalité de ces patients en plus d’améliorer leur qualité de vie, de diminuer les coûts de santé et d’améliorer leurs capacités physiques. Le Sport Santé sur ordonnance est assurément une nouvelle arme mais le véritable challenge pour la médecine sera le maintien de cette activité physique à long terme pour en maintenir les bénéfices.

Quels sont les bénéfices pour les patients ?

Des études menées sur des patients en activités d'endurance marche et vélo ont établi les bénéfices indéniables en terme d'améliorations de l'aptitude physique, de la qualité de vie et de diminution de la mortalité des maladies respiratoires comme l'asthme. Les bénéfices sont également probants en terme de réduction des symptômes et du handicap dans diverses maladies respiratoires comme l'apnée du sommeil.

Trop souvent, la médecine par le passé a interdit au patient de bouger... pour s'économiser ; ce fut une erreur indiscutable, il ne faut pas la réitérer. Les médecins connaissent les limites, les risques mais ne sont pas des entraîneurs. Il est donc indispensable d'échanger avec le professionnel du mouvement qu’est l'éducateur sportif pour ajuster, freiner ou doper l'activité de nos patients, tout en formant ces éducateurs aux spécificités de certaines maladies pour mieux coacher nos patients.