En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.

Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

Imprimer la page

Rénovation du centre-ville

les grandes manoeuvres vont commencer !

Le centre-ville sera métamorphosé à l'horizon 2018-2019 avec un réaménagement complet de la voirie, des nouveaux logements et magasins, et la création d’un parcours urbain rythmé par une série d’auvents et des projections lumineuses sur façades qui mettront en valeur le patrimoine de la Reconstruction.

Coup d’envoi imminent avec la déconstruction de l'ancien groupe scolaire du Parc de la Marine.

Une refonte complète pour un centre-ville plus attractif

Lancé le 25 octobre sur le quai Wilson et sur la D601 à Saint-Polsur-Mer, le projet DK’plus de mobilité ne se limitera pas à l’indispensable réorganisation du réseau des autobus urbains et à la gratuité complète des transports en commun le 1er septembre 2018.

Il ira bien au-delà en contribuant à rendre la ville plus belle, plus confortable, plus attractive, à travers une série d’aménagements urbains de qualité qui seront achevés à l’automne 2018.

Un parcours urbain protecteur du piéton entre la gare et l'hôtel de ville, comme ici boulevard Alexandre III
Un parcours urbain protecteur du piéton entre la gare et l'hôtel de ville, comme ici boulevard Alexandre III
Premiers travaux sur la voirie après le carnaval 2017

Concernant le centre-ville, les premiers engins de chantier apparaîtront au lendemain du carnaval 2017 pour les travaux préliminaires réalisés sur les réseaux d’électricité, de gaz et d’eau. Ils se poursuivront jusqu’au 14 juillet, période à laquelle on entrera dans le vif du sujet avec le réaménagement complet du boulevard Alexandre III, des places Jeanne d’Arc, du Lion d’Or, de la République (partie nord) et Jean Bart, de la rue Clemenceau ainsi que de l’entrée du boulevard Sainte-Barbe.

Le secteur de la gare et le square Guynemer, où sera construit un parking silo de 250 places, seront eux aussi investis par les entreprises de travaux publics à partir d’avril 2017.

Un fil rouge entre la gare et l’hôtel de ville

Si ce vaste programme de réaménagement intègre des nouvelles chaussées, trottoirs et éclairage public, la création de parkings, des plantations d'arbres et des voies cyclables, il proposera une scénographie pour la partie comprise entre la gare et l’hôtel de ville, une sorte de fil rouge qui inclura le bâti, mais aussi d’autres éléments du patrimoine dunkerquois comme le vent, la lumière, l’eau, et ce sans oublier les hommes et les femmes qui font notre ville.

L’idée générale est de favoriser le mouvement, la circulation piétonne et le lèche-vitrine en désencombrant les trottoirs côté commerces et en protégeant au maximum les piétons de la pluie et du vent par des auvents disposés à intervalles réguliers tout au long du parcours.

Des auvents et une circulation piétonne plus fluide

Premier jalon de ce fil rouge, la place de la Gare est appelée à devenir une véritable entrée de ville. La structure qui surplombe actuellement les abribus sera complètement retravaillée pour accueillir les visiteurs et les informer des multiples possibilités qu’offre Dunkerque. Une scénographie de mots au sol rappellera l’identité de la ville : sa vocation maritime, son carnaval, l’opération Dynamo… « Nous allons travailler les effets visuels pour fluidifier ce parcours de la gare à la mairie, lui donner du liant en soignant le moindre détail », souligne Patrice Vergriete.

Des auvents et des abris seront disposés ici et là sur des trottoirs élargis avec pour certains d’entre eux une fonction d’abribus. On en trouvera un accroché au fronton du futur parking silo du square Guynemer, un autre place du Lion d’Or, un autre encore boulevard Alexandre III, de part et d’autre de la chaussée au niveau de l’arrêt de bus « République », mais aussi au débouché de la rue David d’Angers. La place Jean Bart et la rue Clemenceau en seront également pourvues, juste après l’église Saint-Éloi notamment. Éléments fixes par essence, ils symboliseront le mouvement avec des lamelles accrochées au plafond qui se transformeront en vagues silencieuses sous l’effet du vent.

Cette succession de refuges rythmera une voirie apaisée que chacun - automobiliste, piéton et cycliste - prendra plaisir à emprunter.

La place Jean Bart sera magnifiée par une série de projecteurs qui illumineront la statue du corsaire ainsi que les arbres qui l’agrémentent. Des réflexions sont en cours afin de la faire bénéficier d’une structure auvent pour accueillir, par tous les temps, des animations de type exposition, marché aux fleurs, démonstration sportive, activité ludique...

Des façades mises en lumière

D’autres lieux seront eux aussi mis en lumière, mais sous la forme de mapping, c'est-à-dire des images lumineuses projetées sur les façades. Il en ira ainsi des immeubles les plus emblématiques de l’architecture du centre-ville, comme celui qui s’étire de la rue David d’Angers à la rue Nationale, ou cet autre situé à l’angle des rues Clemenceau et des Chaudronniers.

Il s'agit de mettre en valeur cette architecture de la Reconstruction décriée par certains, bien que remarquable en bien des points.

La déconstruction de l'ancienne école du Parc de la Marine prête à démarrer

Élaboré par la Communauté urbaine avec la Ville dans le cadre du projet Phoenix, un programme de commerces et de logements sera réalisé en 2018 et 2019 le long du parc de la Marine, entre la rue des Fusiliers Marins, la rue du Président Wilson et le boulevard Alexandre III.

En préalable à toute construction, il faut déconstruire l’ancien groupe scolaire du Parc de la Marine et démolir un blockhaus datant de la Seconde Guerre mondiale. Les opérations débuteront ces prochaines semaines pour se poursuivre jusqu’à fin février 2017.

Un diagnostic archéologique de février à juin 2017

Il sera alors temps de procéder à un diagnostic archéologique qui rendra ses conclusions courant juin. Deux options se présenteront alors : soit le site ne présente pas un intérêt particulier et il n’y a donc pas lieu de procéder à des fouilles archéologiques en tant que telles, dans ce cas le chantier de construction débutera début 2018 ; soit le site nécessite des fouilles approfondies et le programme immobilier s’en trouvera retardé de plusieurs mois.

Rappelons que ce programme immobilier comprendra une vingtaine de magasins et restaurants ainsi que des moyennes surfaces ; côté logements, une centaine d’appartements seront répartis en trois immeubles. Il intégrera dans son aménagement le bâtiment des Affaires maritimes, le kiosque à musique et la rotonde de l’ancienne école maternelle du Parc de la Marine.

En parallèle à ce programme, la Ville requalifiera le parc de la Marine.

Vingt réunions d’information sur les aménagements liés aux projets Phoenix et DK’plus de mobilité seront organisées du 8 novembre à début décembre à l’attention des riverains, des commerçants et des salariés du centre-ville qui seront conviés individuellement par un flyer déposé dans leur boîte aux lettres.

Ces réunions, organisées le matin et le soir par îlot de vie, permettront d’expliquer les enjeux des projets, leur impact sur la circulation en centre-ville, l’organisation des travaux, mais aussi de recueillir les avis des participants.