Imprimer la page

FIL Glacis – éco quartier

Un futur éco quartier plus végétalisé et plus apaisé

Durant ces dernières années, le quartier des Glacis a fait l’objet d’une démarche de co-construction avec les habitants pour rendre le quartier «plus agréable à vivre». Au sein des Fabriques d’Initiatives Locales, les riverains et les usagers ont participé à l’évolution du quartier : le fleurissement de l’avenue de la Libération, l’aménagement et l’apaisement de la place Prigent ou encore la mise en couleurs du plateau Kerguelen.

A l’été 2021, une nouvelle Fabrique d’Initiatives locales a été lancée pour imaginer un quartier encore plus durable, plus vert, plus apaisé. Cette démarche a permis d’interroger les habitants et les parents d’élèves des établissements scolaires du secteur dit « des écoles » (groupement scolaire Fénelon-Nicolas barré et l’école maternelle des Glacis). L’objectif était d’apaiser la circulation de cet ilot de vie, de faciliter les déplacements des piétons et des vélos et de proposer des aménagements pour les berges du canal exutoire.

La Ville de Dunkerque, accompagnée de la Communauté urbaine (CUD), de l’agence d’urbanisme (AGUR) et de la maison de quartier Glacis-Victoire, est donc venue à la rencontre des habitants pour réfléchir collectivement sur l’avenir du quartier.

 

Un état des lieux partagé sur la vie aux Glacis

Fin aout 2021, la Mairie de quartier a diffusé un questionnaire, papier et numérique, auprès des habitants du secteur concerné, de la maison de quartier, des parents d’élèves, et des élèves, pour les interroger sur leurs ressentis de ce secteur des Glacis.

Au pied des immeubles, sur les berges, ou encore chez l’habitant, les élus et les agents de la Ville sont venus à la rencontre des habitants pour écouter les ressentis et pour échanger sur les besoins en terme aménagement sur le secteur dit « des écoles ».

 

Cette enquête a souligné :

  • un fort attachement aux berges et le souhait de les améliorer,
  •  une vitesse excessive dans le secteur « des écoles »,
  • des modes de déplacement doux ou une alternance entre la voiture et le déplacement doux (vélo, marche, trottinette…)

Pour compléter ces données, des comptages routiers ont été effectués en période scolaire et hors période scolaire. Ils ont mis en évidence une vitesse excessive et un encombrement automobile à proximité immédiate des établissements scolaires.

 

Imaginons ensemble les Glacis de demain !

Au total, trois ateliers FIL ont permis aux habitants d’exprimer leurs avis, de poser toutes leurs questions et de réfléchir à la façon dont le projet peut profiter à l’apaisement du secteur « des écoles ».

Retour sur les différentes étapes de la FIL.

En septembre 2021, une vingtaine de personnes était présente à la présentation du projet et des principaux résultats de l’enquête estivale.  Le Maire de Dunkerque, Patrice Vergriete, est venu expliquer son ambition de faire progressivement évoluer les Glacis vers un éco quartier. L’objectif est d’améliorer le bien-être des habitants à travers un cadre de vie plus durable, plus végétal et plus apaisé.

Cette plénière a aussi permis de répondre aux questions que les habitants avaient identifiées comme prioritaires : la démolition des garages et la dangerosité de certains peupliers plantés le long des berges. Le Maire a rassuré les habitants en précisant que les garages détruits par le bailleur Partenord Habitat seront reconstruits dans le quartier, dans des conditions en cours d’étude. Concernant les peupliers, ils sont aujourd’hui fragiles et arriveront prochainement en fin de vie. Le Maire garantit alors leur remplacement par des plantations plus adaptées dans le cadre du projet d’aménagement.

Après cette présentation, les participants se sont répartis en trois sous-groupe de travail pour approfondir l’état des lieux (ce qui plait ou non dans le quartier) et pour identifier les axes de travail afin de rendre le secteur pour durable et plus apaisé.

Les participants ont exprimé un avis très positif sur les aménagements de la place Robert-Prigent. Selon eux, la place est plus agréable et plus fréquentée depuis les travaux d’amélioration.

Ils soulignent aussi que les berges sont véritablement de potentiels espaces de vie et de promenade qu’ils souhaitent améliorer par de la végétalisation et des aménagements encore plus sécurisés et adaptés aux piétons.

Ils sont également nombreux à ne pas comprendre le projet artistique temporaire réalisé sur le Plateau Kerguelen et à souligner les incivilités aux abords des équipements scolaires.

Les première pistes se dessinent

Le deuxième atelier FIL a réuni une quarantaine de personnes. Il s’est divisé en trois sous-groupe avec comme objectif :

- d’imaginer les futurs usages de la berge selon les envies, les souhaits et les besoins des participants

- de proposer des pistes d’organisation de la circulation pour réduire au strict minimum la présence de la voiture autour des établissements scolaires pour la sécurité des élèves et la tranquillité des riverains.

 

De nombreuses propositions ont été formulées concernant les berges notamment de nouveaux usages ludiques et sportifs où les usagers peuvent se détendre et se retrouver :

  • des bancs, des tables de pique-nique,
  • une aire de jeux, un espace pour jouer au ballon,
  • des modules fitness...

Un consensus se dessine autour de l’apaisement des abords des établissements scolaires du secteur en limitant l’accès aux automobilistes, qui serait réservé aux riverains et aux secours grâce à un système d’accès réservé (type borne). L’objectif est de sécuriser les parcours piétons et de diminuer la vitesse et la circulation dans les voies très secondaires.

Vers une piétonisation du secteur

Lors du dernier atelier, les idées se sont précisées autour du projet. Les participants ont priorisé les futurs usages des berges du canal exutoire. Habitants, parents d’élèves et enfants ont pu inscrire leurs préférences sur une carte : marcher et rouler à vélo, se poser, jouer, planter et cultiver.

A partir des propositions définies par les habitants, deux options de scénarios ont été partagées :

  • une boucle autour des établissements scolaires et empruntant une petite séquence de la rue Godefroy d’Estrades, entre la rue Lafontaine et la Rue Joliot Curie
  • l’aménagement d’impasses permettant la création d’un grand parvis devant l’école maternelle des Glacis.

Les participants ont relevé les avantages et les inconvénients de chacune des options et à ce stade, il n’y a aucune préférence.

Aujourd’hui, ces propositions sont confiées à un bureau d’étude pour proposer des esquisses de la future berge au printemps 2022. De nouveaux ateliers seront alors organisés pour détailler ces esquisses et valider le projet final.