Imprimer la page

L'église Saint Eloi

La première église connue datait de la seconde moitié du XVe siècle.

Elle se présentait sous la forme d'une croix latine : trois vaisseaux d'égale hauteur et d'égale largeur coupés par un transept. La tour se trouvait à l'Ouest. Par faits de guerre, cet édifice est brûlé en 1558, sans que tout soit anéanti pour autant. La tour qui sert de clocher pour la Communauté et de point de repère pour les bateaux est gardée; elle sera restaurée au goût du jour chaque fois qu'il le faudra. Pour le reste de l'édifice, on décide de la refaire totalement sur de plus vastes dimensions. Sa construction commence en 1567; le maître-d'oeuvre Jean de Renneville place le choeur au delà de l'ancien vers l'Est. Mais faute de moyens, les travaux s'arrêtent avant le transept qu'on garde ainsi que les deux travées qui le suivent vers l'Ouest; la troisième est convertie au fil des décennies en passage public, tandis que celles qui avoisinent la tour servent à divers usages civils.

Cette église qu'on avait voulu plus grande que la précédente ne sera jamais terminée selon le projet original; seul le choeur est réalisé; espace important avec déambulatoire et chapelles sur tout le pourtour. Comme la population de la ville s'accroît et qu'il devient impossible de continuer la construction vers l'Ouest puisqu'une large voie publique occupe l'espace, Victor Louis propose en 1783 :

  • de convertir l'espace des chapelles de confréries en quatrième et cinquièmes vaisseaux;
  • de reculer les murs Nord et Sud de la profondeur des contreforts pour y loger les autels des confréries : ils y seront adossés aux murs et non plus tournés vers l'Ouest comme jadis;
  • de supprimer le transept et de le remplacer par quatre travées pour la nef. Enfin, il termine l'édifice en dressant à l'Ouest une façade néo-classique à péristyle, genre très à la mode à la fin du XVIIème siècle.

Le caractère particuliérement gélif (qui se fend par la gelée) de la pierre qui se détache et risque la vie des habitants amène à détruire l'oeuvre de Victor Louis. La mode en vigueur en 1887 conduit à la remplacer par une façade néo-gothique crée par l'architecte Dunkerquois Adolphe Van Moé.

L'édifice compte cinq vaisseaux (le central plus large que les autres) qui se terminent par un double déambulatoire avec cinq chapelles rayonnantes formées chacune d'une absidiole à trois pans hors de l'oeuvre; La nef comporte cinq travées et le choeur trois travées droites et cinq travées de déambulatoire. Deux sacristies falnaquent le deuxième collatéral du choeur sur une longueur de deux travées.